Focus sur l’enseignement du Latin

Cette langue « morte » continue d’attirer un nombre non négligeable d’élèves. En même temps que la logique (complexe) des déclinaisons, ils apprennent à se familiariser avec la civilisation de nos ancêtres les romains et de quelle manière leur langue a fondé la nôtre.

L’option latin est ouverte aux élèves de collège qui le souhaitent. Elle commence en 5ème et se poursuit jusqu’en 3ème. L’horaire hebdomadaire est d’une heure la première année et de deux heures les années suivantes. Si l’élève choisit cette option, il s’engage pour trois ans, sauf cas exceptionnel (difficultés scolaires, notamment).

Les chiffres du Latin en France

Historiquement le nombre de latinistes en France a connu une évolution constante : en quatrième, les latinistes étaient en France 10 000 en 1920, 100 000 en 1965, 160 000 en 2004, 170 000 en 2011, selon un rapport de l’Inspection générale de l’Education nationale publié en août 2011.

L’enseignement du Latin comprend l’apprentissage de la langue en elle-même mais aussi celui de la culture et de l’histoire de ceux qui la parlaient. Pour Madame Goyon, professeure de latin au Collège Echange (lire son interview ci-dessous) « le Latin permet d’enrichir son vocabulaire et d’acquérir une rigueur dans l’analyse grammaticale ».

Près de 100 latinistes au Collège Echange

Précisons par ailleurs, que l’apprentissage du Latin est utile à la compréhension d’autres langues (l’italien, l’espagnol ou encore l’anglais) qui s’en inspirent également. En 2011, toujours, 23% des élèves de cinquième suivaient un enseignement du Latin en France. En 2013, 18% des collégiens s’échinaient à décrypter les discours de Cicéron, pointe le ministère de l’Education nationale cité dans une enquête du quotidien Le Figaro.

« Ils ne sont plus que 15% à continuer cette matière en troisième, selon Le Figaro. L’écrasante majorité des élèves «lâchent» le Latin lors du passage en seconde : ils sont à peine 4% à passer l’épreuve au baccalauréat ».

Au Collège Echange, sur les 434 élèves inscrits en septembre 2016, 90 font du latin (35 en 5ème, 31 en 4ème et 24 en 3ème), soit un peu moins de 30 % par niveau (les 6ème sont exclus de ce décompte).

L’enthousiasme modéré des élèves

Quel est le ressenti des latinistes du Collège Echange ? La rédaction de l’Echangeur a interrogé une dizaine d’entre eux. La plupart indique ne pas regretter d’avoir choisi l’option latin.

Les plus positifs estiment que cet enseignement leur permet un accès à plus de culture, de mieux connaître la mythologie ou encore… d’engranger plus de points au brevet. A noter, enfin, que l’enseignement de la mythologie est en général préféré à celui de la langue.

Question à madame Goyon, professeure de latin au Collège Echange

« Tout d’abord le latin est une ouverture vers une autre civilisation. Avec on peut comprendre et expliquer l’actualité en faisant référence à l’antiquité. On peut découvrir des histoires mythologiques. Le latin permet aussi d’enrichir son vocabulaire et d’acquérir une rigueur dans l’analyse grammaticale. Il ne faut pas s’inquiéter pour les devoirs, il y en a rarement ou pas du tout. Si toutefois l’élève trouve déjà qu’il est trop chargé en cours, il n’est pas forcément nécessaire qu’il choisisse cette option ».

Retrouvez sur le site du Collège Echange ce qu’il faut savoir à propos de l’enseignement du Latin.