« Un Sac de Billes » : un film à ne pas manquer

Le roman de Joseph Joffo est de nouveau porté à l’écran dans un film sorti le 18 janvier dernier. Un film que la rédaction de l’Echangeur recommande chaudement à ses lecteurs.

« Un sac de billes » est un film réalisé par Christian Duguay, adapté du roman du même nom publié en 1973 sous la plume du romancier Joseph Joffo. Ce livre, autobiographique, retrace la fuite de l’auteur, âgé à l’époque de seulement 10 ans, de Paris, occupé par l’armée allemande, vers la zone libre pendant la seconde guerre mondiale. Pour visionner la bande-annonce, c’est par ici.

L’action se déroule en 1941, alors que débute l’occupation nazie en France. Une famille juive de quatre enfants, deux jeunes adultes et deux jeunes gens de 14 ans et 10 ans (Joseph Joffo est le plus jeune), ainsi que leurs parents, sont obligés de fuir Paris pour éviter la déportation vers les camps d’extermination en Allemagne.

De Paris vers la zone libre

Objectif : se rendre en zone libre pour y être à l’abri (au début de l’occupation allemande, la France était coupée en deux, une partie dirigée par les allemands et l’autre par le gouvernement de Vichy). La famille se sépare en trois groupes : les deux grands frères puis les deux enfants et enfin les parents. Passant par des chemins différents, leur objectif est de tous se retrouver à Nice, dans le sud de la France.

 Le livre de Joseph Joffo a déjà été adapté au cinéma une première fois par le réalisateur Jacques Doillon en 1975. La version actuellement à l’écran met plus en valeur l’importance du père dans cette famille et le rôle essentiel qu’il a tenu dans la préparation de la fuite. Le périple est vécu à travers l’oeil de l’enfant qu’était alors Joseph Joffo. Ce film procure beaucoup d’émotions d’autant plus qu’il relate des faits historiques.

 Un film qui témoigne de l’histoire

« C’est un film important parce qu’il permet aux jeunes de mon âge de voir ce qui s’est passé pendant cette période », expliquait Dorian Le Clech, 12 ans qui incarne Joseph à l’écran, au journal 20 Minutes le 17 janvier dernier.

Et Batyste Fleurial (dans le rôle du grand frère Maurice) de rajouter : « Il y a une grande différence entre ce qu’on apprend en cours d’Histoire et le moment où on se retrouve réellement pris dans une bousculade entre des soldats nazis et des familles persécutées. »

Le père Joffo meurt à Auschwitz

La famille Joffo survivra à cette période sombre… A l’exception de Roman, le père, (incarné par Patrick Bruel) qui sera déporté dans le camp d’Auschwitz et n’en reviendra jamais. « C’est bien que les gens aillent voir ce film, déclare Joseph Joffo au micro de France 2, pour qu’ils se rendent compte de ce qu’était vraiment le régime nazi ».

Les classes de 3ème du Collège Echange ont pu le visionner dès la première semaine de sa diffusion, accompagnés par Madame Bouquin (Histoire-géo) et Madame Aptel (H. Ami lecteur, si tu n’es pas dans ce cas, réserve vite une place.